Wombat Interview #8 – Pixie Ninja

The english version of the interview is just after the French one.


Au-delà des habituelles formations norvégiennes tournées vers les landes du Black Metal ou bien les plaines de la scène Stoner /Doom, la Norvège recèle mille et un trésors en matière de créativité musicale et c’est que nous a prouvé Pixie Ninja en deux albums. Leur album Colour Out Of Space vient de sortir et mêle toutes les nuances qui font du Rock cette entité crépusculaire indomptable et surprenante.
Nous avons eu le plaisir de rencontrer Jostein et Marius afin d’échanger autour du groupe et de cet album marquant au fer rouge l’année 2020.


VERSION FRANÇAISE :

Wombat Cult : Trois ans après votre premier album, Ultrasound, vous revenez sur le devant de la scène avec un second effort nommé Colours Out Of Space. Ce nouvel album est bien différent de votre première proposition.
Ultrasound prônait une multidiversité de schémas instrumentaux qui lui donnait une approche quasiment insaisissable bien que fascinante.
Colours Out Of Space, quant à lui, est bien plus aéré et prend le temps de développer les atmosphères entre ombre et lumière.
Comment avez-vous travailler ce virage dans votre processus créatif ?

Jostein de Pixie Ninja : Quand nous avons enregistré Ultrasound, nous sommes devenus fous de tout. Nous avons beaucoup expérimenté avec les sons et, en gros, nous avons essayé toutes sortes de choses étranges, ce qui s’est avéré génial à la fin.
Mais sur cet album, nous voulions juste prendre notre temps avec tout et comme tu le dis, laisser les choses évoluer. Je pense que nous avons beaucoup grandi musicalement depuis Ultrasound, et nous avons également convenu avant de commencer l’album que nous allions vraiment laisser la musique parler d’elle-même, et ne rien précipiter.

Marius de Pixie Ninja : Nous voulions enregistrer un nouvel album en utilisant certains des éléments d’Ultrasound, mais il fallait quand même se sentir frais, du moins pour nous. Ultrasound était un projet expérimental où nous faisions tout ce que nous voulions.
Nous avons essayé un tas d’idées folles, certaines ont fonctionné, d’autres pas. Colors out of Space est d’abord inspiré de certaines des histoires courtes de H.P Lovecraft, donc cette fois, nous devions planifier un peu mieux les choses pour que cela se sente bien.
Nous avons vraiment pris notre temps pour développer des atmosphères, et de l’air entre les parties de folie totale, avec des éléments cosmiques, et presque d’un autre monde, qui décrivent l’univers créé par Lovecraft.

Wombat Cult : Les sonorités utilisées au coeur de ce nouvel album sont surprenantes. Comme dit précédemment, votre proposition nous guide dans l’obscurité tendant toujours dans une démarche positive à tendre vers la lueur qui vacille au coeur des ténèbres.
Vous êtes une formation instrumentale et pourtant votre musique parle et laisse passer ce message d’échapper à l’inéluctable fin.
Auriez-vous des thématiques, ambiances importantes à vos yeux, à vos coeurs que vous souhaitez laisser ressentir à travers vos morceaux ?

Jostein de Pixie Ninja : Le thème de cet album se base sur les histoires de H.P Lovecraft. Nous essayons de capturer l’essence des histoires et de leur donner vie dans les chansons. C’est définitivement notre point de vue sur ses récits, et depuis le début et tout au long de la réalisation de l’album, je crois vraiment que nous avons réussi à le faire.
L’album est assez sombre, brut et mystérieux, et nous avons essayé d’en capturer l’aspect cosmique, ainsi que la sensation parfois psychédélique des écrits du romancier.
Il a des éléments plus classiques que Ultrasound, mais a définitivement le son d’un album de Pixie Ninja.

Marius de Pixie Ninja : Nous n’avons pas de recette en soi pour peindre notre paysage de manière musicale. Nous n’utilisons pas de voix dans notre musique comme vous l’avez peut-être entendu.
Mais quand même, nous parvenons à parler à travers la façon dont nous écrivons notre musique. Nous avons rarement des thèmes ou des ambiances en tête lorsque nous écrivons de la musique. Personnellement, je sens que la musique s’écrit presque d’elle-même, on enregistre ce que l’on ressent sur-le-champ.
Moi, Jostein et Mattias avons les mains libres lorsque nous écrivons de la musique, et c’est peut-être pour cela que nous avons réussi à créer notre propre identité musicale. La façon dont nous sommes trois personnalités totalement différentes, avec des goûts différents en matière de musique et d’autres points de vue artistiques.

PIcture taken by Marius Leiranes

Wombat Cult : Pixie Ninja est assez unique en son genre, et m’a vraiment stupéfait dès la première écoute.
Comment est-il possible qu’un tel projet puisse naître ? Comment est-il possible que la rencontre de quatre individus ait pu invoquer une telle singularité sonore ? Pouvez-vous revenir sur votre création en tant que groupe ?


Jostein de Pixie Ninja : Marius et moi avons joué de la musique ensemble depuis aussi longtemps que je me souvienne et après avoir tout joué, des albums de guitare acoustique pure au black metal, nous avons en quelque sorte senti que nous devions essayer autre chose. Et c’est là que Pixie Ninja est né. Nous nous sommes assis un jour et avons décidé de prendre un chemin totalement différent. Notre seule règle était de faire quelque chose que nous n’avions jamais entendu auparavant. Et nous avons juste commencé à tripoter nos synthétiseurs, guitares, basse et pratiquement tous les instruments que nous pouvions trouver. Nous avons toujours été dans le prog, donc tout a débuté à partir de là. Je pense que c’est lors de l’enregistrement du morceau « Polysomnographic » que nous avons décidé de contacter Mattias Olsson. Nous lui avons envoyé une démo du morceau et lui avons demandé s’il pouvait être intéressé de venir derrière la batterie sur l’album.
Cela semblait si long à l’époque, et nous connaissions son travail antérieur avec Anglagård, Necromonkey, Molesome et la liste s’allonge encore et encore. Il a vraiment apprécié. Il est aussi un grand producteur, donc il a vraiment pris une grande part à faire d’Ultrasound un excellent disque.
A partir de là, tout est allé très vite. Nous sommes allés dans son studio à Stockholm pour répéter pour des concerts et c’est à ce moment-là que nous avons rencontré Fredrik Klingwall, qui est un vieil ami de Mattias et un grand musicien. Nous avions entendu beaucoup de bien sur lui, et nous lui avons demandé s’il était intéressé jouer en live avec nous, ce qu’il a fait, et voilà où nous en sommes aujourd’hui tous les quatre.

Marius de Pixie Ninja : Jostein et moi-même avons commencé à jouer ensemble en 2008. À cette époque, nous étions dans le black metal, donc naturellement nous avons commencé comme un groupe de black metal nommé : Entangling Roots. Plus tard, Jostein a déménagé dans une autre ville, et j’ai commencé mon propre groupe avec deux autres gars dans ma ville natale nommé : Rusty Crown (Jan-Tore Bredesen et Kim Brian Furumo). Nous avons joué quelques concerts entre 2012 et 2014 avant de nous dissoudre.
À cette époque, Jostein était retourné à Rognan, alors nous nous sommes réunis et avons décidé de faire de la nouvelle musique ensemble. Cette fois, nous voulions faire quelque chose de complètement différent de jouer du rock/métal. C’est ainsi que Pixie Ninja est né.

Wombat Cult : Le titre de votre album semble être une référence directe à Lovecraft, tout comme la présence d’une partie du visage de l’auteur sur l’artwork.
Quelle est l’âme de Pixie Ninja et quelle est la place de Lovecraft au coeur de votre oeuvre ? Quelles sont vos influences culturelles ?

Marius de Pixie Ninja : La première idée était d’écrire un album concept basé sur «The Modern Prometheus» écrit par Mary Shelley.
Mais un soir, je buvais un verre avec mon ami (Niklas), j’ai décidé de partager le concept du nouvel album que nous avions en tête. Il m’a juste regardé avec un sourire sur le visage et a dit que nous devrions plutôt utiliser Lovecraft comme source d’inspiration. Il a ramassé des livres de Lovecraft et nous avons commencé à discuter d’idées.
Donc Niklas est l’homme principal derrière toute l’idée de Lovecraft, donc un grand merci à lui. Niklas a demandé que je lise certaines des nouvelles de Lovecraft. Alors je l’ai fait, et je les ai adorées. La façon dont Lovecraft écrit et l’univers qu’il a créé avec sa fiction d’horreur cosmique et ses mythes est au-delà de l’incroyable. Je crois que Lovecraft est l’un des écrivains d’horreur les plus influents de tous les temps, alors nous avons pensé que faire un album basé sur certaines de ses nouvelles était la bonne chose à faire.

Wombat Cult : Dans l’album, il y a la présence de nombreux invités. J’imagine donc que ce n’était pas facile de travailler et d’enregistrer avec toutes ces personnes autour du projet. Où l’album a été enregistré? Quelles étaient les conditions?

Jostein de Pixie Ninja : L’album a été principalement enregistré par moi et Marius dans notre studio à Rognan. C’est où nous écrivons nos chansons et les enregistrons et faisons tout ce que nous pouvons avant envoyer les pistes à Mattias. Et à partir de là, il fait ce qu’il fait de mieux.
On parle des pistes, de la structure, de chaque partie et jusque dans les moindres détails. De là, il met une partie de sa magie sur la musique, les mellotrons, les orgues, les tambours et autres. Quant aux musiciens invités sur cet album, je crois qu’ils vivent tous à Stockholm non loin de son studio.
Ils ont tous été très professionnels, donc il n’y a jamais eu problème pendant l’enregistrement. Toutes les personnes avaient la liberté de faire ce qu’ils voulaient, et si cela fonctionnait, cela restait sur l’album.

Wombat Cult : Une sensation de liberté musicale se fait ressentir dans vos manières de jouer et de composer. Le fait d’avoir mis en avant le clavier me rappelle parfois certains albums d’Ulver. Le fait de mettre en avant cet instrument par rapport à la traditionnelle guitare renvoie à la fois aux modes de fonctionnements des années 80 mais échappe à ses sonorités kitsch venant embrasser plus volontier les pâturages de la scène expérimentale.
Quelles sont les albums et groupes qui vous ont inspiré pour penser et laisser résonner les notes de la sorte dans nos esprits ?

Jostein de Pixie Ninja : Comme tu l’as mentionné, Ulver est définitivement un groupe par lequel nous sommes influencés. En particulier dans les conditions d’utilisation des synthétiseurs. C’est juste en quelque sorte un plus et c’est plus facile de exprimer et expérimenter toutes les possibilités illimitées qu’il peut contenir.

Pour ce qui est des albums, Perdition City et Blood Inside de Ulver montrent vraiment qu’il n’y a pas de limite à ce qui peut être fait en termes d’expérimentation, de structure et d’écriture. Deux albums époustouflants qui nous ont beaucoup inspirés au fil des ans et le seront pour les années à venir. Mais il y a tellement de grands groupes qui continuent de briser les frontières et c’est vraiment inspirant aussi.

Marius de Pixie Ninja : Motorpsycho doit également être mentionné ici. Nous avons vraiment été influencés par leur style de jeu unique qu’ils ont réussi à créer au cours des dernières années. Motorpsycho est une institution en matière de musique et de leur évolution depuis les années 90 est incroyable.
Habituellement, les groupes produisent leurs meilleurs albums au début de leur carrière. Plus tard, beaucoup d’entre eux finissent par se copier à nouveau. L’une des principales raisons pour lesquelles j’ai un si grand respect pour Motorpsycho, c’est qu’ils continuent d’évoluer. Je dis toujours que « c’est le meilleur album de Motorpsycho » quand ils sortent un nouvel album.

Picture taken by Anne-Marie Forker

Wombat Cult : Votre artwork est très particulier mêlant différents types de procédés artistiques, de la même manière que votre musique d’ailleurs.
Comment avez-vous procédé pour la création visuelle de ce nouvel album ?

Jostein de Pixie Ninja : Il n’y a jamais vraiment eu d’autre graphiste dans notre esprit que l’incroyable Henning Lindahl. Il est extrêmement talentueux et a beaucoup d’idées lorsqu’il s’agit de visualiser nos idées pour l’artwork. Donc, fondamentalement, nous essayons d’expliquer le thème, l’atmosphère et la musique du mieux que nous pouvons, et il semble toujours comprendre ce que nous recherchons, ainsi que ses propres idées géniales pour la pochette.

Marius de Pixie Ninja : Henning Lindahl a également fait un grand nombre de pochettes d’albums pour d’autres groupes tels que Weserbergland, Necromonkey, Molesome, Anima Morte et bien d’autres.

Wombat Cult : L’ambiance que parvient à créer vos morceaux donne des visions très cinématographiques, il est assez aisé d’imaginer tout un monde, toute une histoire autour de vos créations.
Si une oeuvre cinématographique devait s’adapter à votre travail compositionnel, à quoi ressemblerait le film ?

Jostein de Pixie Ninja : Je n’ai vraiment aucune idée de ce à quoi un film ressemblerait pour être honnête, mais je crois que ce serait assez fou ! Lorsque nous créons la musique, avant qu’elle ne prenne vie, nous visualisons toujours chaque partie pour que tout se connecte de manière étrange. Si je devais expliquer à quoi ressemblerait un film basé sur cet album, ce serait probablement avec un univers très sombre et tordu.

Marius de Pixie Ninja : Si jamais on nous demandait de faire une bande originale pour un film, j’aimerais pouvoir travailler avec SpectreVision. Ils ont fait des films comme Mandy, et bien sûr l’adaptation cinématographique de Color out of Space, le film mettant en vedette Nicolas Cage. J’adore ce studio.

Wombat Cult : Vous m’aviez parlé la dernière fois d’une différence musicale en fonction du support (CD, Vinyl) avec lequel on découvre ce nouvel album. Pouvez-vous nous en dire plus ?


Jostein de Pixie Ninja : Oui, il y a donc quelques surprises en fonction du CD ou du vinyle, mais fondamentalement, le vinyle contient la version originale et le CD la version numérique, il y a des fins alternatives et de petits changements sur certaines parties ici et là. C’était en fait l’idée de Mattias et ça s’est avéré géniale.

Marius de Pixie Ninja : C’était en fait gardé secret (jusqu’à présent). Donc, si vous voulez profiter pleinement de l’album, vous devez posséder les deux versions de l’album.

Wombat Cult : Vous êtes signés chez Apollon Records depuis 2017. Le label n’arrête pas de prendre de l’ampleur et de propulser des groupes comme Bismarck ou encore Kryptograf depuis quelques mois.
Avez-vous perçu en tant que groupe le développement du label pour la sortie de votre second album ?

Marius de Pixie Ninja : Apollon Records ressemble à une maison de disques qui ne cesse de grandir. Ils signent de nouveaux groupes souvent, et sortent constamment de la nouvelle musique. Nous sommes signés sur le label prog d’Apollon, et nous pouvons voir aujourd’hui la croissance de ce label. Apollon records prog a été reconnu dans le monde entier en raison de tous les excellents groupes qu’ils ont signés ces dernières années, et il semble qu’ils continueront de le faire pendant de nombreuses années venir.

Wombat Cult : Nous avons déjà bien avancé sur l’année, nous sommes en août, avez-vous eu des coups de coeur depuis le début de l’année en matière de groupes ou de nouveaux albums ?

Marius de Pixie Ninja : Je crois que cette année est la meilleure depuis bien longtemps.
Beaucoup de mes groupes préférés ont sorti un nouvel album cette année comme; Motorpsycho, Ulver (pas encore sorti), Gösta Berlings Saga, Weserbergland, Arabs In Aspic, Wobbler (pas encore sorti). Greg Puciato de The Dillinger Escape Plan, et The Black Queen sort également son premier album en solo plus tard cette année qu’il a nommé; Child Soldier: Creator Of God. Je suis un grand fan de Greg et je suis très enthousiasmé par ses débuts en solo. Donc, comme je l’ai dit, ce sera une excellente année pour la musique!

Pour découvrir et soutenir Pixie Ninja :


ENGLISH VERSION:


Beyond the usual Norwegian formations turned towards the moors of Black Metal or the plains of the Stoner / Doom scene, Norway conceals a thousand and one treasures in terms of musical creativity and this is what Pixie Ninja has proven to us in two albums. . Their album Color Out Of Space has just been released and mixes all the nuances that make Rock this indomitable and surprising twilight entity.
We had the pleasure of meeting Jostein and Marius to discuss about the band and this album marking the year 2020.

Wombat Cult: Three years after your first album, Ultrasound, you are back in the spotlight with a second effort called Colours Out Of Space. This new album is very different from your first proposal. Ultrasound advocated a multidiversity of instrumental schemas that gave it an almost elusive, yet fascinating, approach.
Colours Out Of Space, meanwhile, is much more airy and takes the time to develop atmospheres between shadow and light. How did you work this shift in your creative process?

Jostein from Pixie Ninja: Well, when we recorded Ultrasound we kinda just went nuts on everything. We experimented a lot with sounds and basically just trying out all sorts of weird things, which turned out great in the end. But on this album we wanted to just take our time with everything and as you say, let things develop. I think we have grown musically quite a bit since Ultrasound, and we also agreed before starting on the album that we were going to really let the music speak for itself, and not rush anything, so it was important to us that the album didn’t end up like a copy of the last one.

Marius from Pixie Ninja: We wanted to record a new album using some of the elements from Ultrasound, but still it needed to feel fresh, at least to us. Ultrasound was an experimental project where we did whatever we felt like. We tried out a bunch of crazy ideas, some ideas worked, others did not. Colours out of Space is first of all inspired by some of the short stories by H.P Lovecraft, so this time we needed to plan things a bit better to make it feel right. We really took our time to develop atmospheres, and air between the layers of utter madness, with cosmic, and almost otherworldly elements, which describes the universe Lovecraft created.

Wombat Cult: The sonorities used in the heart of this new album are surprising. As said before, your proposal guides us in the dark always leading in a positive approach to tend towards the glow that wavers in the heart of darkness.
You are an instrumental band and yet your music speaks and let pass this message of escaping the inevitable end.
Do you have themes, atmospheres that are important to you, to your hearts that you want to let feel through your songs?

Jostein from Pixie Ninja: The theme for this album are stories from the great author H.P Lovecraft. And we try to capture the essence of the stories and bring them to life in the songs. It’s definitely our take on the stories, and from the beginning and throughout the making of the album, I really believe we managed to do that. So the album is quite dark, raw and mysterious, and we also tried to capture the cosmic aspect of it, as well as the sometimes psychedelic feel. It has more classic elements to it than Ultrasound but it definitely got the unmistakable sound of a Pixie Ninja album.

Marius from Pixie Ninja: We do not have a recipe per say in how we paint our landscape music wise. We do not use vocals in our music as you may have heard. But still, we manage to speak through the way we write our music. We rarely have themes or atmospheres in mind when we write music. I personally feel that the music almost writes itself, we record what we feel there and then. Me, Jostein and Mattias have free hands when we write music, and maybe that’s why we have managed to create our own musical identity. The way we are three totally different personalities, with different tastes in music and other artistic viewpoints.

Picture taken by Marius Leiranes

Wombat Cult: Pixie Ninja is quite one of a kind, and really blew me away from the first listen.
How is it possible that such a project could be born? How is it possible that the meeting of four individuals could invoke such a sonic singularity? Can you come back to your creation as a group?

Jostein from Pixie Ninja: Me and Marius have played music together for as long as i can remember and having played everything from pure acoustic guitar albums to black metal, we kind of felt we needed to try something else. And that is where Pixie Ninja was born. We sat down one day and decided to take a totally different path. Our only rule was to make something we haven’t heard before. And we just started fiddling around on our syntheseizers, guitars, bass and basically every instrument we could find. We have always been into prog, so everything just kind of went on from there.
I think it was during the recording of the track « Polysomnographic » that we decided to reach out to Mattias Olsson, so we sent him a demo of the track and asked if he could be interested in playing drums on the album. It seemed like such a longshot at the time, and we knew about his earlier work with Anglagård, Necromonkey, Molesome and the list just goes on and on, and we just had to ask him. He really enjoyed it and that was it. He is also a great producer as well, so he really took a big part of making Ultrasound a great record.
And from there on, everything just went upwards. We went down to his studio in Stockholm to rehearse for live shows and that is when we met Fredrik Klingwall, which is an old friend of Mattias and a great musician, and we knew all too well about him as well, and asked if he would be interested in playing live with us, which he did, so there you have it.

Marius from Pixie Ninja: Jostein and myself started playing together in 2008. At that time we were into black metal metal, so naturally we started out as a black metal band named; Entangling Roots. Later on Jostein moved to another town, and I started my own band with two other guys in my hometown named; Rusty Crown (Jan-Tore Bredesen & Kim Brian Furumo). We played a few shows in the time between 2012-2014 before we disbanded. At that time Jostein had moved back to Rognan, so we got back together and decided to make new music together. This time we wanted to do something completely different than playing rock/metal. So that’s how Pixie Ninja was born.

Wombat Cult: The title of your album seems to be a direct reference to Lovecraft, as does the presence of part of the author’s face on the artwork.
What is the soul of Pixie Ninja and what is Lovecraft’s place at the heart of your work? What are your cultural influences?

Marius from Pixie Ninja: The first idea was to write a concept album based on “The Modern Prometheus” written by Mary Shelley. But one night I was having a drink with my friend (Niklas), I decided to share the concept of the new album we had in mind. He just looked at me with a grin on his face and said that we should use Lovecraft as inspiration instead. He picked up some Lovecraft books and we started discussing ideas. So Niklas is the main man behind the whole Lovecraft idea, so a big thanks to him. Niklas requested that I read some of the short stories by Lovecraft. So I did, and I loved them. The way Lovecraft writes, and the universe he has created with his cosmic horror fiction and mythos is beyond amazing. I believe that Lovecraft is one of the most influential horror writers of all time, so we felt that making an album based on some of his short stories was the right thing to do.

Wombat Cult: In the album, there’s the presence of many guest musicians. So I imagine that it wasn’t easy to work and record with all these persons around the project.
Where the album has been record? Whats were the conditions? Speak us about this recording time!

Jostein from Pixie Ninja: The album was mainly recorded by me and Marius at our studio in Rognan. That’s where we write our songs and record them and do as much as we possibly can before sending the tracks to Mattias. And from there, he does what he does best. We talk about the tracks, the structure, every part and down to the smallest detail. From there on he puts some of his magic on the music, mellotrons, organs, drums and what not. As for the guest musicians on this album, I believe they all live in Stockholm not far away from his studio. And they have all been really professional so it never was any problem during the recording. And it never was under any conditions really. Everyone had the freedom to do what they wanted, and if it worked, it stayed on the album.

Picture taken by Marius Leiranes

Wombat Cult: A feeling of musical freedom is felt in your ways of playing and composing. The fact of having put forward the keyboard sometimes reminds me of certain Ulver albums. The fact of putting forward this instrument compared to the traditional guitar returns at the same time to the modes of operation of the 80s but escapes its kitsch sounds coming to embrace more readily the pastures of the experimental scene.
What are the albums and bands that inspired you to think and let the notes resonate in this way in our minds?

Jostein from Pixie Ninja: As you mentioned, Ulver is definitely a band that we are influenced by. Especially in terms of using synthesizers. It just sort of cuts through more and it’s easier to express and experiment with all the unlimited possibilities that it may contain. As for albums, Perdition City and Blood Inside by Ulver really shows that there is no limit to what can be done in terms of experimentation, structure and songwriting. Two really breathtaking albums that have inspired us greatly through the years and will for many years to come.
But there are just so many great bands out there that continue to break boundaries and that is really inspiring too.

Marius from Pixie Ninja: Motorpsycho must also be mentioned here. We have really been influenced by the unique play style they have managed to create during the past years. Motorpsycho is an institution when it comes to music and the way they have evolved during their beginning in the early nineties is incredible. Usually bands produce their best albums early in their career. Later many of them just end up copying themselves again again. One of the main reasons I have such huge respect for Motorpsycho, is that they still continue to evolve. I always say that “this is the best album of Motorpsycho” when they release a new album. Only to repeat myself whenever they release a new one.

Wombat Cult: Your artwork is very particular mixing different types of artistic processes, in the same way as your music for that matter.
How did you proceed for the visual creation of this new album?

Jostein from Pixie Ninja: It was never really any other artwork designer in our minds but the amazing Henning Lindahl. He is extremely talented and easy to work with when it comes to visualizing our ideas for the artwork. So basically we try to explain the theme, the atmosphere and the music as best as we possibly can, and he always seems to understand what we are looking for, as well as his own great ideas for the artwork.

Marius from Pixie Ninja: Henning Lindahl has also done a great number of album covers for other bands as well such as; Weserbergland, Necromonkey, Molesome, Anima Morte, and many more.

Wombat Cult: The atmosphere that your pieces manage to create gives very cinematographic visions, it is quite easy to imagine a whole world, a whole story around your creations. If a cinematographic work had to adapt to your compositional work, what would the movie look like?

Jostein from Pixie Ninja: I really have no idea what a movie would look like to be honest, but i believe it would be pretty fucked up, haha! But I mean, when we are creating the music, before it comes to life, we always visualize each part so that everything kind of connects in a weird way. But if i had to explain what a movie based on this album would look like, it probably would be with a very dark and twisted universe.

Marius from Pixie Ninja: If we ever were requested to make a soundtrack to a movie I would love to be able to work with SpectreVision. They made movies like Mandy, and of course the movie adaption of Color out of Space, the movie starring Nicolas Cage. I absolutely love that studio.

PIcture by Marius Leiranes and Christian Arnaud

Wombat Cult: You told me the last time about a musical difference depending on the medium (CD, Vinyl) with which we discover this new album. Can you tell us more ?

Jostein from Pixie Ninja: Yeah, so there are a few surprises on both CD and vinyl, but basically the vinyl contains the original version and on the CD and digital version there are some alternate endings and small changes on some parts here and there. It was actually Mattias’s idea and it turned out great.

Marius from Pixie Ninja: It’s actually been kept a secret (until now). So if you want the full experience of the album, you should own both versions of the album.

Wombat Cult: You have been signed to Apollon Records since 2017. The label has not stopped growing and propelling bands like Bismarck or Kryptograf for a few months. As a band, did you feel the development of the label for the release of your second album?

Marius from Pixie Ninja: Apollon Records seems like a Record Company that keeps on growing. They sign new bands often, and release new music constantly. We are signed to the prog label of Apollon, and we can see today the growth of that label. Apollon records prog has been recognized worldwide because of all the excellent bands they have signed over the past couple of years , and it seems like they will continue to do so for many years to come.

Wombat Cult: We have already made good progress over the year, it is August, have you had any favorites since the beginning of the year in terms of groups or new albums?

Marius from Pixie Ninja: Yes I have! I believe this specific year to be the best of many because of the releases so far. Many of my favorite bands have released a new album this year like; Motorpsycho, Ulver (not yet released), Gösta Berlings Saga, Weserbergland, Arabs In Aspic, Wobbler (not yet released). Greg Puciato from The Dillinger Escape Plan, and The Black Queen is also releasing his solo debut later on this year which he named; Child Soldier: Creator of God. I’m a huge fan of Greg, and I’m super excited about his solo debut. So like I said, it’s going to be a great year for music!

To discover and support Pixie Ninja:


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :