Jointhugger – I Am No One

Jointhugger, trio osloïte, fondé en 2012 dévoile son premier album « I Am No One » après une première démo assez discrète « Daemo EP« , sortie en 2019.

Il y a un an, avec cette première demo, nous pouvions entrapercevoir une formation quasi-instrumentale avec de la suite derrière les idées. Regorgeant de morceaux fascinants tels que « Empty Space » ou encore l’entraînant et désormais incontournable « I Am No One ». Cependant, la qualité sonore proposée n’était pas encore à la hauteur de leur puissance de composition. Tirant par moment trop fortement sur les aigus, le manque de basse se faisait ressentir, laissant l’auditeur avec une écoute moindre.

Mai 2020, tout juste un an après leur premier effort, le groupe est de retour et signe chez Interstellar Smoke Records pour une sortie physique. L’éditeur polonais, désormais célèbre dans la sphère Stoner/Doom internationale, propose une très belle édition vinyle.

L’album « I Am No One » de Jointhugger est constitué de quatre morceaux. Chaque face du vinyle contient deux morceaux dont deux réenregistrements issus de la démo, on retrouve l’hymne « I Am No One » sur la face A ainsi que le redoutable et pachydermique « Domen » sur la Face B.

Le morceau « In Dire Of Fire Ch.1 » ouvre les hostilités et donne à l’auditeur toutes les raisons de se réjouir. En un morceau, le groupe norvégien définit à la fois son empreinte musicale mais également sa nouvelle puissance de fuzz. La scène psyche-doom n’a pas autant groové depuis plusieurs années. Enchaînant les séquences cleans aux phases saturées, Joithugger ne cesse de propulser ses morceaux, leur donnant à la fois une certaine complexité mais également un groove comme il est rare d’en dégoter. Les changements rythmiques permettent une constante réinvention du morceau faisant de Jointhugger une intelligente formation dans la création d’images sonores. Les influences presque jazz de la composition offrent une subtile découverte avec ce morceau d’ouverture. Lorsque la dernière note résonne nous n’attendons plus qu’une chose, le chapitre deux de ce « In Dire Of Fire Ch.1« , espérons que nous pourrons le découvrir prochainement.

L’album enchaîne ensuite avec le morceau titre « I Am No One« . Découvert sur leur démo, le morceau prend ici toute son ampleur, lui conférant une dimension interstellaire nihiliste sans précédant. Le chant y règne en maître, tapissé dans l’obscurité, scandant l’hymne incontournable du groupe « I am no one and I am all. I’m not just one individual. I am the universe and it is me. We are like one and we will always be. » Le morceau ne cesse de nous bousculer qu’il s’agisse de par ses nappes sonores unissant guitare et basse ou encore de sa charge armée d’une double pédale à la batterie. En un mot, la face A se conclut avec une puissance dont vous ne sortirez pas indemne.

La suite du périple s’effectue sous forme de retrouvailles avec le morceau « Domen« , que nous pouvions trouver en ouverture de la démo. Le morceau qui était porteur de promesses sur ce premier effort, se trouve ici littéralement transformé, respire et vit comme nous n’aurions pu l’imaginer.

Pour conclure l’album, Jointhugger nous propose une nouvelle composition d’environ onze minutes qui permet de comprendre les influences du trio. « Nighfright » ne peut fermer les yeux sur son ancêtre qu’est Sleep. Une sorte de Holy Mountain tombé au beau de la fontaine de jouvence. Ce morceau de clôture est un vrai voyage temporel tant il nous porte de l’origine du genre jusqu’à sa plus grande modernité dans les ultimes fréquences de ce premier chapitre.

Jointhugger avec ce premier album « I Am No One« , montre sa capacité à comprendre l’entièreté de la scène Doom, à se l’approprier et réussit ainsi à proposer une oeuvre nouvelle, quasi chimérique à la manière de son artwork. On ne peut qu’être charmé par une telle démonstration de puissance qui réside dans une intelligence d’écriture réjouissante.

Note : 4 sur 5.

Vous pouvez soutenir le groupe ici :


ENGLISH VERSION :

Jointhugger, a trio from Oslo, founded in 2012 unveils their first album « I Am No One » after a fairly discreet first demo « Daemo EP« , released in 2019.

One year ago, with this first demo, we could catch a glimpse of a quasi-instrumental formation with many vibrating ideas. Full of fascinating songs such as « Empty Space » or even catchy and now unavoidable « I Am No One« . However, the sound quality offered was not to the level of their compositional power. Sometimes pulling too hard on the treble, the lack of bass was felt, leaving the listener in a little chaos.

May 2020, just one year after their first Demo, the band is back and signs with Interstellar Smoke Records for a physical release. The Polish label, now famous in the international Stoner / Doom sphere, offers a very beautiful vinyl edition.

Jointhugger’s album « I Am No One » is a 4 songs LP. Each side of the vinyl contains two songs including two re-recordings from the demo, we find the anthem « I Am No One » on side A as well as the pachydermic « Domen » on Side B.

The song « In Dire Of Fire Ch.1 » opens hostilities and gives the listener every reason to rejoice. In one shot, the Norwegian band defines both its musical imprint but also its new power of fuzz. The psyche-doom scene hasn’t grooved as much for several years. Chaining clean sequences with saturated phases, Joithugger continues to propel his songs, giving them both a certain complexity but also a groove as it is rare to find. The rhythmic changes allow a constant reinvention of the song making Jointhugger an intelligent formation in the creation of sound images. The jazz influences of the composition offer a subtle discovery with this opening track. When the last note sounds we are just waiting for one thing, chapter two of this « In Dire Of Fire Ch.1« , hope we will not waiting so long.

The album continues with the title track « I Am No One« . Discovered on their demo, the song takes all his fullness here, giving it an unprecedented nihilistic interstellar dimension. The sing part is like an evil conqueror, carpeted in darkness, chanting the unavoidable anthem of the group « I am no one and I am all. I’m not just one individual. I am the universe and it is me. We are like one and we will always be.  » The song does not stop jostling us whether it is through its sound layers uniting guitar and bass or its charge armed with a double pedal on the drums. In a word, side A ends with a power from which you will not come out unscathed.

The second part of the LP takes the form of a reunion with the song « Domen« , which we could find at the opening of the demo. The piece which carried promises on this first effort, is here literally transformed, breathes and lives as we could not have imagined.

To conclude the album, Jointhugger offers us a new composition of about eleven minutes which allows us to understand the influences of the trio. « Nighfright » cannot turn a blind eye to its ancestor, Sleep. A kind of Holy Mountain fallen in the beauty of the fountain of youth. This closing piece is a real temporal trip as it takes us from the origin of the genre to its greatest modernity in the final frequencies of this first chapter.


Jointhugger with this first album « I Am No One« , shows his ability to understand the entire Doom scene, to appropriate it and thus succeeds in proposing a new work, almost chimerical in the manner of his artwork. We can only be charmed by such a display of power which resides in this joyful writing intelligence.

Note : 4 sur 5.

You can find « I Am No One » physical release here :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :