Wombat Interview #6 – Kryptograf

The English Version is available just after the french one.


VERSION FRANÇAISE :

Surgi sans crier gare des éternelles forêts de conifères qui longent la porte d’entrée des Fjords de Norvège, Kryptograf est la révélation de la scène Revival 70 de l’année. Le groupe de Bergen est venu quelques heures échanger au coeur du terrier de Wombat Cult afin de nous éclairer sur cet album incontournable du premier semestre 2020.

Wombat Cult : Semblant sorti de nul part et s’affichant  dans les premières places du Doom Charts, votre premier album en a surpris plus d’un, pouvez-vous revenir sur la création du groupe ?


Kryptograf: Ouais, la réponse a été absolument écrasante! Nous faisons simplement ce que nous aimons et c’est formidable de voir que les gens du monde entier apprécient notre musique! Nous jouons ensemble depuis 2015 dans un groupe différent, mais après un certain temps, nous voulions créer un nouveau groupe où nous pourrions nous concentrer sur des trucs plus d’inspiration rétro. Je suppose que le plan initial était de garder les choses assez traditionnelles, mais en cours de route, nous avons fini par incorporer beaucoup d’autres éléments. Nous sommes tous heureux que cela se soit passé comme ça!

Wombat Cult : Dès les premières notes du morceau introductif The Veil, on ne peut s’empêcher de penser à cette vague de groupes revival 70 comme Graveyard par exemple. Cependant, l’album ne cesse d’évoluer et de prendre une identité propre au fur et à mesure des morceaux devenant très rapidement une entité et un son unique sur la scène musicale actuelle.
Pourriez-vous nous parler de vos manières de composer, de ressentir la musique, quelles en sont vos influences ?

Kryptograf: Toute la vague des groupes de revival des années 70 nous a inspirés pour créer Kryptograf, et sont toujours une influence importante sur nous. Je suppose que nous avons cela comme base et ensuite nous ajoutons d’autres influences à cela pour donner aux chansons une certaine diversité. Je ne pense pas que ce soit une décision consciente cependant, la plupart de nos chansons ont commencé avec nous jammant sur un riff ou une ambiance, puis ont évolué naturellement à partir de là.

Wombat Cult : La qualité sonore de votre premier album est ébouriffante. Les instruments respirent et parviennent chacun à trouver une place dans le mix lui apportant une pluralité d’embranchements, d’atmosphères que l’on peut emprunter au fur et à mesure des écoutes.
Où avez-vous enregistrez et dans quelles conditions ?

Kryptograf: Merci! L’album a été enregistré au Solslottet Studio ici à Bergen avec Iver Sandøy en tant que producteur. Nous avons travaillé avec Iver pour la première fois en 2017, lorsque nous avons enregistré un EP avec notre ancien groupe, Møblos. Nous nous sommes immédiatement sentis chez nous dans son studio, et nous prévoyons de revenir pour notre prochain album. Solslottet est un tout petit studio, un live-room et une régie. Nous avons installé tout notre équipement dans cette petite salle et avons enregistré toutes les chansons en un week-end, puis nous sommes revenus un mois plus tard et avons enregistré des voix, un synthé, des percussions et d’autres trucs amusants. Nous voulions que le disque ait une longueur d’avance, et tout enregistrer en direct dans une petite pièce comme celle-là est un bon moyen d’y parvenir.

Wombat Cult : De prime abord, le visuel de l’album m’a surpris et quelque peu perdu. Tout est en dehors des codes d’un point de vue graphique de l’artwork jusqu’au design du logo. Ces branches tissées, suantes, morcelées de champignons, dessinées à la manière d’un tissage et votre nom en gros, d’un jaune pâle et baveux m’interrogeaient, je n’arrivais pas à déterminer au premier coup d’oeil le genre de la formation. C’est  cependant une formidable réussite, tant une fois l’album terminé, ce visuel semble prendre vie et représenter de manière totale vos sonorités.
D’où sont venues ses idées ? Comment avez-vous créé votre identité visuelle pour la moins singulière ?

Kryptograf: Tu devrais poser cette question à Lars Kvernberg! Nous lui avons simplement demandé de nous faire un visuel et tu connais désormais le résultat. Nous avons discuté de différentes associations colorimétriques, mais Lars avait beaucoup de liberté pour faire ce qu’il voulait.
Pour le logo, nous lui avons demandé de nous faire des trucs de type rétro des années 70, mais crasseux un peu. C’est à peu près toute notre ambiance.

Wombat Cult : Y-a-t-il des thématiques importantes que le groupe souhaite aborder à travers ses textes ? Comment se déroule le processus créatif autour des paroles ?

Kryptograf: L’écriture de paroles n’est pas quelque chose avec laquelle nous avons une tonne d’expérience, mais nous essayons de garder nos messages ouverts à l’interprétation. Nous espérons que l’auditeur puisse donner aux mots leur propre sens, et à ce stade, peu importe ce que nous pensons.
Cela étant dit, nous voulons que les paroles correspondent à l’atmosphère de la chanson, et c’est vraiment la chose la plus importante en ce qui concerne les paroles pour nous.

Wombat Cult : Je suis fasciné par votre morceau Seven et sa transition instrumentale qui semble s’affranchir de toutes barrières, il y a un véritable sentiment de liberté. A la manière du Free Jazz, vous semblez déconstruire les concepts de Solo sur ce morceau et une interstice de « Free-Rock ».
Comment ce morceau a-t’il été pensé, composé ? Quelle est son histoire ?

Kryptograf: Cette chanson est en fait juste le résultat de notre travail lorsque nous jammons ensemble et que nous devenons fous dans notre salle de répétition.
Le travail de composition s’est pratiquement fait par lui-même, mais nous avons passé du temps à travailler sur les arrangements vocaux.
Cette chanson en particulier est très inspirée par nos groupes psychédéliques et space-rock préférés, comme Hawkwind, les premiers Pink Floyd et Motorpsycho.

Wombat Cult : Les atmosphères tout au long de l’album sont assez évolutives et n’ont pas peur d’aller chercher vers des horizons parfois plus éloignés.
Savez-vous vers quel cap se dirige les futures sonorités de Kryptograf ?

Kryptograf: Nous avons écrit de nouvelles choses pendant le confinements, et nous sommes toujours en train de déterminer ce que nous voulons faire pour le prochain album. Nous avons fini quelques chansons dont nous sommes vraiment satisfaits, et sommes impatients de continuer à explorer pour élargir notre univers musical.

Wombat Cult : Vous avez signé chez Apollon Records qui semble depuis quelques mois enchaîner les signatures de groupes très prometteurs avec Bismarck, Pixie Ninja ou encore Slomosa.
Comment s’est déroulée cette rencontre ?

Kryptograf: The people at Apollon Records are great guys! We just had a coffee together and quickly came to an agreement. We knew we wanted to sign with a local label, and Apollon seemed like a good fit.

Kryptograf: Les gens d’Apollon Records sont des gars formidables! Nous venons de prendre un café ensemble et sommes rapidement parvenus à un accord. Nous savions que nous voulions signer avec un label local, et Apollon semblait être un bon choix.

Wombat Cult : La Norvège est réputée depuis de nombreuses années pour sa scène Black Metal. Cependant, depuis désormais quelques années une myriade de groupes issue de la scène Stoner/Doom marquent le pays et apportent des couleurs nouvelles à la scène nationale avec des formations telles que Saint Karloff, Jointhugger, Bismarck, Sâver ou encore Hymn. C’est en tout cas la vision que l’on a lorsque l’on se place de façon extérieure au pays.
Quel est votre est votre point de vue sur cette situation ?

Kryptograf: Il y a eu une explosion de groupes de stoner / doom en Norvège ces dernières années, et nous sommes vraiment heureux de faire partie d’une scène qui grandit, à la fois à Bergen et dans tout le pays.

Wombat Cult : L’année 2020 a déjà bien avancé, beaucoup d’albums sont déjà sortis, avez-vous eu des coups de coeur que vous souhaiteriez partager en matière de groupes ou d’albums ?

Kryptograf: Oui nous avons eu quelques favoris !
Once And Future Band – Deleted Scenes
Kvelertak – Splid
Shaman Elephant – Wide Awake But Still Asleep
Bismarck – Oneiromancer
Sleepwulf – Sleepwulf
The Goners – Good Mourning
Donny Benét – Mr Experience

Nous sommes également enthousiasmés par les nouveaux albums de Motorpsycho, Hymn et Henrik Palm plus tard cette année.

Artwork by Lars Kvernberg

Pour découvrir et soutenir Kryptograf :


ENGLISH VERSION:

Arising without warning from the eternal coniferous forests that line the gateway to the Norwegian Fjords, Kryptograf is the revelation of the Revival 70 scene of the year. The Bergen band came for a few hours to discuss in the heart of the Wombat Cult burrow in order to enlighten us on this essential album from the first half of 2020.

Wombat Cult: Seeming out of nowhere and appearing in the first places of the Doom Charts, your first album surprised more than one, can you come back to the creation of the group?

Kryptograf: Yeah, the response has been absolutely overwhelming! We are just doing what we love and it’s great to see that people all over the world enjoy our music! We have been playing together since 2015 in a different band, but after a while of doing that we wanted to start a new band were we could focus on more retro-inspired stuff. I guess the original plan was to keep things fairly traditional, but along the way we ended up incorporating a lot of other elements. We’re all happy it turned out the way it did!

Wombat Cult: From the first notes of the introductory track The Veil, we can’t stop thinking about this wave of revival 70 bands like Graveyard or Kadavar for example. However, the album continues to evolve and take on its own identity as the songs very quickly become a unique entity and sound on the current music scene. Could you tell us about your ways of composing, of feeling music, what are your influences?

Kryptograf: The whole wave of 70’s revival bands inspired us to start Kryptograf, and are still an important influence on us. I guess we have that as our foundation and then we add other influences to that to give the songs some diversity. I don’t think it’s a conscious decision though, most of our songs started out with us jamming on a riff or vibe and then evolved naturally from there.

Wombat Cult: The sound quality of your first album is astounding. The instruments breathe and each one manages to find a place in the mix providing it with a plurality of branches, atmospheres that can be borrowed as and when listening. Where did you record and what were the conditions?

Kryptograf: Thank you! The album was recorded in Solslottet Studio here in Bergen with Iver Sandøy producing. We worked with Iver for the first time back in 2017, when we recorded an EP with our old band, Møblos. We immediately felt right at home in his studio, and we plan coming back for our next record. Solslottet is a very small studio, one live-room and a control-room. We set up all our gear in that small live-room and recorded all the songs in a weekend, then we came back a month later and recorded vocals, synth, percussion and other fun stuff. We wanted the record to have a rough edge to it, and recording everything live in a small room like that is a good way to achieve that.

Wombat Cult: At first glance, the visual of the album surprised and somewhat lost me. Everything is outside the codes of the genre from a graphic point of view from the artwork to the design of the logo. These woven branches, sweaty, fragmented with mushrooms, drawn like a cloth and your name in large, of a pale yellow and drooling, questioned me, I could not determine at first glance the kind of music. It is, however, a tremendous success, so much once the album is finished, this visual seems to come to life and fully expose your sounds. Where did these ideas come from? How did you create your unique visual identity?

Kryptograf: You should ask Lars Kvernberg that question! We really just asked him to make us some coverart, and he delivered the goods. I think we discussed some different color-schemes, but Lars had a lot of freedom to do whatever he wanted. For the logo we asked him to make us some retro 70 ́s type stuff, but fuck it up a little bit. That’s pretty much our whole vibe.

Wombat Cult: Are there any important themes that the group wishes to address through its texts?
How does the creative process take place around the lyrics?

Kryptograf: Writing lyrics is not something we have a ton of experience with, but we try to keep them open for interpretation. Hopefully the listener can give the words their own meaning, and at that point it hardly matters what we think. That being said we want the lyrics to match the atmosphere of the song, and that’s really the most important thing when it comes to lyrics for us.

Wombat Cult: I am fascinated by your song « Seven » and its instrumental transition which seems to overcome all barriers, there is a real feeling of freedom. Like Free Jazz, you seem to deconstruct the concepts of Solo on this song and build a « Free-Rock » interstice.
How was this song thought, composed? What is his story ?

Kryptograf: This song is really just a result of us just jamming together and getting crazy in our rehearsal room. The compositional work is pretty much done by itself, but we spent some time working on the vocals arrangements. This song in particular is very inspired by our favourite psychedelic and space-rock bands, like Hawkwind, early Pink Floyd and Motorpsycho.

7) The atmospheres throughout the album are quite evolving and are not afraid to seek out horizons sometimes more distant. Do you know where the future sonorities of Kryptograf are heading?

Kryptograf: We have been writing new material during the lockdown, and we are still figuring out what we want to do for the next album. We have a couple of songs finished that we are really happy with, and we’re looking forward to continue expanding our musical universe.

8) You signed with Apollon Records which seems for a few months to chain the signatures of very promising bands with Bismarck, Pixie Ninja or Slomosa. How did this meeting go?

Kryptograf: The people at Apollon Records are great guys! We just had a coffee together and quickly came to an agreement. We knew we wanted to sign with a local label, and Apollon seemed like a good fit.

9) Norway has been known for many years for its Black Metal scene. However, for a few years now, a myriad of bands from the Stoner / Doom scene have marked the country and brought new colors to the national scene with formations such as Saint Karloff, Jointhugger, Bismarck, Sâver or even Hymn. In any case, this is the vision that we have when we place ourselves outside the country. What is your advice on this situation and this national Stoner/Doom scene?

Kryptograf: There has been an explosion of stoner/doom bands in Norway the last couple of years, and we’re really happy to be a part of a scene that is growing, both in Bergen and in the whole country.

10) 2020 has already progressed well, many albums have already been released, have you had any favorites that you would like to share in terms of groups or albums?

Kryptograf: Yes we do!
Once And Future Band – Deleted Scenes
Kvelertak – Splid
Shaman Elephant – Wide Awake But Still Asleep
Bismarck – Oneiromancer
Sleepwulf – Sleepwulf
The Goners – Good Mourning
Donny Benét – Mr Experience

We ́re also excited for new albums from Motorpsycho, Hymn and Henrik Palm later this year.

To discover and support Kryptograf:

Artwork by Lars Kvernberg

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :